Logo Espace Centre-ville

Blogue

Espace Centre-ville

PMT Roy : rassurez-moi, Monsieur l’assureur !

Blogue

Pour l’adulte moyen, l’assurance représente une grosse bête noire qu’il est préférable de garder à distance. Une bête qu’on nourrit toute sa vie, mais dont on parle tout bas pour ne pas la réveiller. Cette créature invisible n’a pourtant pas été inventée pour nous gober tout rond, mais bien pour nous protéger.Blogue
Espace Centre-Ville
Expertises

PMT Roy : rassurez-moi, Monsieur l’assureur !

PMT Roy : rassurez-moi, Monsieur l’assureur !

Pour l’adulte moyen, l’assurance représente une grosse bête noire qu’il est préférable de garder à distance. Une bête qu’on nourrit toute sa vie, mais dont on parle tout bas pour ne pas la réveiller. Cette créature invisible n’a pourtant pas été inventée pour nous gober tout rond, mais bien pour nous protéger.

Par chance, il y a de valeureux courtiers d’assurances, dont le métier est justement de dompter la bibitte et de nous en faire une alliée fidèle.

Pendant que la bête sommeille, dans l’attente d’un sinistre, d’un accident ou de quelque autre drame, Claude Beaulieu, courtier en assurances de dommages et directeur de la succursale régionale de PMT Roy, Assurances et Services financiers, répond à toutes nos questions. (Même les plus bêtes.)

Le comptable Pierre-Yves McSween prétend que l’on peut être trop assuré. C’est vrai, ça ?
Oui, mais il s’agit de l’exception. Dans 99 % des cas, les gens ne sont pas assez assurés. Il leur manque d’argent quand ils doivent faire une réclamation. Malheureusement, c’est souvent lorsque le pire survient que l’on comprend qu’on aurait dû être mieux assurés.

Le courtier en assurances n’est-il, au fond, qu’un vendeur de chars, qui veut nous convaincre de prendre le plus de gadgets possible pour empocher la plus rondelette commission ?

Il fut une époque où les courtiers vendaient de l’air pour se retirer une paie. C’est vrai ! Ces « bons Jack » pouvaient vous promettre n’importe quoi.

Aujourd’hui, les courtiers font partie d’un ordre professionnel et sont soumis à un code de déontologie. Ils sont aussi vérifiés par l’Autorité des marchés financiers et obligés de suivre de la formation continue. C’est du sérieux.

Honnêtement, pourquoi faire affaire avec un courtier alors qu’on peut magasiner toutes ses assurances sur l’internet ?
Le gouvernement a beaucoup resserré les règles dans ce domaine. L’assurance est trop technique pour être achetée comme une paire de souliers. Le consommateur moyen va choisir le prix le plus bas, mais ne lira pas tout le contrat. Il se retrouvera avec des clauses dont il n’a pas besoin et il lui en manquera d’autres qui auraient pu lui servir. Chaque propriétaire a une réalité différente.

Aussi, le courtier étant indépendant, il n’est pas lié à l’assureur. En cas de réclamation, le courtier défendra son client. Il pourra, mieux que lui, décoder les subtilités des contrats et réussir à l’interpréter en sa faveur.

Va-t-on payer plus cher pour notre assurance si on l’achète d’un courtier ?

La commission que le courtier encaisse lui est versée directement par la compagnie d’assurance. Bien que cela reste difficile à prouver, les compagnies nous disent qu’elles offrent aux courtiers exactement les mêmes prix qu’à leurs clients directs. Alors, non, ce ne sera pas plus cher.

Est-on mieux de payer de sa poche pour remplacer un pare-brise fracassé ? En d’autres mots, une réclamation, même la plus petite, entraîne-t-elle automatiquement une augmentation de la prime ?
On n’y échappe pas. Même les courtiers ! Mon auto s’est fait emboutir deux fois de suite, et je suis devenu un bandit aux yeux de mon assureur ! C’est sûr qu’on perd des privilèges, à partir du moment où l’on réclame. Ça demeure un sujet complexe. Les processus de sélection des risques sont pointus et basés sur un nombre incalculable de critères et de conditions.

Doit-on magasiner ses assurances chaque année ?
Je conseille de faire l’exercice aux trois ans. Il est bon de rester fidèle à une compagnie pendant quelque temps. Si tu changes chaque année d’assureur, tu risques de brûler ton nom.

En outre, l’assurance se négocie. Il ne faut pas se gêner pour réclamer une baisse. Et, surtout, il ne faut pas oublier de rapporter tout changement à son dossier, qui pourrait influer sur le coût de la prime.

Le Bas-Saint-Laurent se trouve dans l’une des zones sismiques les plus importantes au Canada. Peut-on s’assurer contre les grosses secousses ?

Des polices existent. Toutefois, comme c’est un produit assez coûteux, les gens ne l’achètent pas. Il faut savoir que le gouvernement n’aiderait probablement pas les sinistrés en cas de tremblement de terre, puisqu’une assurance existe. Comme dans tout, tant que ça n’arrive pas, on n’est pas conscient du danger. Il faudrait qu’il y ait une petite secousse pas trop loin pour que les gens réagissent.

Avec les changements climatiques, qui poussent la météo dans ses extrêmes, va-t-on voir apparaître d’autres polices particulières ?

Actuellement, les dommages causés par le vent sont couverts par une police d’assurance de base. Avec la multiplication des ouragans et des tornades, cette couverture ne sera bientôt plus incluse, mais deviendra optionnelle.

Y a-t-il un produit méconnu qu’on aurait tout avantage à connaître ?

Depuis environ quatre ans, les compagnies offrent des plans de cybersécurité pour les clients commerciaux. N’importe quelle entreprise est susceptible de se faire pirater son réseau informatique et voler des données, ce qui peut causer des torts énormes à ses affaires. Notre entreprise a dû suspendre ses activités pendant deux semaines à cause d’un piratage, accompagné d’une demande de rançon. Par chance, nous étions bien assurés !

Expertises



À propos de l'auteure
Laura Martin

Laura Martin
Espace Centre-Ville

Lire d'autres articles de l'auteure

FacebookInstagram Formulaire



http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=e2019101130
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
Comment réussir votre party en quatre étapes faciles
Article

Aaaaah, l’été ! La saison des barbecues entre amis, des réunions de famille autour de la piscine, des beach partys délurés...

Lire l’article au complet


http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=du_nouveau_aux_jardins
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
Du nouveau aux Jardins
Article

Il y a 25 ans, c’était la belle (et toquante !) époque des buffets chinois. Les egg rolls et le chow mein au poulet représentaient alors le top de l’exotisme. Avec une platée de spare ribs sucrées, on se sentait aussi aventurier que si on avait visité Shenzhen à pied. C’est alors que les Jardins de Lotus ont ouvert leurs portes...

Lire l’article au complet


http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=bebe_loup
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
C’est pour mieux sauver la planète, mon enfant...
Article

En entrant chez Bébé Loup, des clientes s’excusent parfois de ne pas afficher de bedon rebondi ou de ne pas être précédées d’une marmaille assoupie dans une poussette ou accrochée à leur jupette.

Lire l’article au complet


http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=opto-reseau_lemieux-vaillancourt
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
Opto-Réseau Lemieux-Vaillancourt / Pour en finir avec les yeux secs
Article

Après une longue journée devant votre ordinateur, avez-vous l’impression que vos yeux sont plus déshydratés que le Sahara ? Après avoir refermé le dernier polar suédois de 700 pages, ressentez-vous un tapis de sable se dérouler sous vos paupières ? Versez-vous des larmes, même quand vous n’êtes pas triste ?

Lire l’article au complet